Al Atlal

Al Atlal  que l’on pourrait traduire par « les ruines » ou  « les traces laissées par l’amante après son départ » est aussi un poème du poète égyptien Ibrahim Nagi chanté par Oum Kalthoum.

C’est aussi le nom du duo oud-accordéon créé avec Saïd Taha en 2005. Notre répertoire puise essentiellement dans le vivier des musiques orientales et du bassin méditerranéen. C’est Saïd qui a proposé ce nom dont la sonorité et le romantisme m’ont touchés.

Pendant que l’un tisse l’orient sur les fils de son oud
L’autre
Soufflet en bandoulière
fait rebondir ses doigts sur les musiques de notre monde
Véritable kaléidoscope de paysages sonores
révélé par un jeu subtil entre cordes et lames

Nihawend : traditionnel Perse  (extrait d’enregistrement en répétition)

 

Alexis Palazzotto : accordéon

Saïd Taha : oud