Européanna : une brève histoire du XX ème siècle

bande annonce : ici

Une création et une mise en scène collective de, et avec Mélanie Prochasson, Isabelle Martinez et Sylvie Espérance, d’après un texte de Patrik Ourednik.

Affiche "EUROPEANA"

Europeana, sous-titrée une brève histoire du XX ème siècle n’est pas un texte de théâtre. C’est une tentative quasi encyclopédique pour faire tenir l’histoire du XX ème siècle européen en 151 pages.

A l’image du Mundaneum de Paul Otelet (qui voulait, à la fin du XIX ème siècle, réunir en même lieu l’ensemble de toutes les connaissances mondiales sous toutes leurs formes) Patrick Ourednik tente de rendre compte de l’Histoire sous toutes ses formes ; la Grande (les deux guerres mondiales, Hiroshima, le premier homme sur la Lune …) comme la petite (l’invention du chewing-gum ou du papier hygiénique).

Europeana  Europeana

Ecriture, forme du texte :

Le texte est écrit d’une traite comme un long assemblage de faits historiques ; sorte de serpent ondulant dans les méandres de l’Histoire, de ses anecdotes les plus cocasses « le soutien-gorge à bonnet compensé pour les femmes à petites poitrines » à ses recoins les plus sombres : «la stérilisation des bâtards de Rhénanie » par les nazis ou encore l’invention du « bureau des données statistiques de l ‘eugénisme » par les Américains en 1922.

Si les faits sont accolés sans hiérarchie apparente laissant au lecteur le soin de retisser l’Histoire, dans le même temps, des sortes de petites « didascalies » ou plutôt d’intertitres (un peu comme les panneaux des films muets des années 1920 commentant l’action), apparaissent en marge du texte ; comme un commentaire de l’action.

Europeana Europeana

Extrait :

« Les américains qui ont débarqué en 1944 en Normandie étaient de solides gaillards ils mesuraient en moyenne 1m73 et si on avait pu les ranger bout à bout plante des pieds contre crâne ils auraient mesuré 38 kilomètres. Les Allemands étaient également de vrais gaillards mais les plus gaillards de tous étaient les tirailleurs sénégalais de la Première Guerre Mondiale qui mesuraient 1m76 et qu’on envoyait en première ligne pour que les allemands soient pris de panique … » 

Europeana  Europeana

Europeana  Europeana

Adaptation du texte à la scène, notre interprétation :

Le parti pris adopté pour adapter ce texte à été celui du son et non du sens. Face à cette longue litanie de faits notre propos a été celui de proposer une construction qui soit la nôtre. Nous avons ainsi redécoupé et recollé le texte autrement. Fidèles aux propos de l’auteur, nous avons proposé notre lecture du XXe siècle.

Nous avons ainsi voulu aborder Europeana comme une matière sonore. En nous attachant à l’aspect formel, nous avons reconstruit le texte comme une forme musicale : ouverture, premier, second, troisième mouvement, intermezzo. Nous avons agencé cette matière verbale comme une machine sonore mal réglée où la partition se fait dissonance. De cet apparent chaos se construit alors le sens de l’Histoire qui se raconte en fausses notes, faisant grincer notre mémoire.

      Europeana  Europeana

©Cyril Plomteux