La krwazé

Découverte du Printemps de Bourges 2004

KRWAZE2affiche

Armand Clotagatide : Didjéridoo, chant diphonique, Sanza
Alexis Palazzotto : Accordéon, Accordina, mandoline
Sami Waro-Pageaux : percussions
Aboubakar Hassan : Son

La Kwrazé (Texte et musique : Alexis Palazzotto) :

 

C’est en 2000, alors que je viens juste de m’installer à la Réunion,  que je rencontre Armand Clotagatide, lors d’une soirée ‘Kabar’ à l’association Terla mem. Il était venu accompagné de son didjéridoo pour échanger ses sons gutturaux avec d’autres musiciens. Au hasard des échanges nous nous retrouvons en duo sur une improvisation : accordéon-didjéridoo / chant diphonique, qui nous a tous deux enchantés. Dans la foulée nous décidons de collaborer pour un duo.

De répétitions en concerts nous sommes programmés en 2002 au festival Arts Métis de Pierrefonds . Là, lors de notre première soirée, un certain  Samy Waro (qui n’a alors que 18 ans) se trouve dans le public. Enthousiasmé il nous rejoint à la fin du concert et nous propose de travailler avec nous.

Le duo devient alors un trio qui se produira jusqu’en 2005 sur les scènes de la Réunion, de l’Océan indien, et en métropole.

Lorsque l’on nous demandait de définir notre musique, les mots ne parvenaient jamais à traduire pleinement nos pensées. Jusqu’à ce jour où, circulant en voiture et pensant musique comme c’est souvent le cas en pareille situation, je tombais sur un arrêt de car se nommant  ‘La Croisée’.

Voilà forcément où devaient aboutir nos recherches.

La Krazé Vladimir Canter 2003 Phil. moulin La Krwazé Avec Eric Triton Festival Arts Métis 2003 . photo J. C Cardona JPG

Croisée des instruments, croisée des cultures, croisées des styles, pour des sources d’inspiration allant de la Méditerranée à l’Amérique du sud, en passant par l’Europe de l’Est, l’Afrique, et à présent l’Australie.

Je m’étais jusque-là toujours heurté à des termes que l’on n’ose plus employer à cause de leur aspect réducteur, ou parce qu’ils font référence à des genres trop spécifiques pour contenir à eux seuls la liberté de nos compositions ou de nos arrangements : Musiques du monde, Jazz, Musique contemporaine, Tango contemporain …

Si notre musique contenait cet héritage, elle n’en possédait pas moins un caractère spécifique qui la rendait difficilement classable.

La Krwazé Festival Arts Métis 2003 Ph. J. C Cardona La Krwazé Vladimir Canter 2003 Phil. Moulin

©Philippe Moulin

Je pensais à une musique voyageant sur les pointillés des frontières, dont il fallait travailler les alliages pour créer un sens nouveau. C’est en fait « une musique de croisées » qui finit par prendre tout son sens.

Et comme toute création est un partage subtil, Armand m’a délicatement soufflé notre nom en créole : La Krwazé

Gaël song (composition Alexis Palazzotto) :

 

Esprit es-tu là ? (paroles et musique : Alexis Palazzotto) :

 

 

La Krwazé Vladimir Canter 2003 Phil. moulin

« Ecoute mon frère,
C’est l’histoire de notre musique,
C’est aussi l’histoire du monde.
Moi,
je ne suis rien.
Mais on dit qu’un battement d’ailes de papillon
Peut provoquer un cyclone.
Alors accueille en toi ce battement de vie,
Dépose tes préjugés, et écoute :

Je marchais
Préoccupé par des pensées qui ne nous lâchent
Que tard dans la nuit,
Quand le corps a enfin levé les barrières
De l’intimité avec lui-même;
C’était une route il me semble, Peut-être celle du volcan,
Peut-être une autre.
Je cherchais justement cet ‘autre’
Celui avec lequel j’avais l’intuition du partage possible.
Je cherchais en fait autour de moi,
L’esprit de notre musique.
Sans me rendre compte
Que celui-ci n’est autre
Que l’humain qui vit en nous.
Mais le rêve s’obstinait…
A présent la route se faisait sinueuse.
Et mon imagination vibrait…
Comme une mélodie intérieure qui entrerait en résonance
Avec le reste du monde
Seul les quelques panneaux qui défilaient ça et là
Me rappelaient que j’avançais encore.
L’un d’eux m’indiqua : ‘La Krwazé’ .
Et le temps d’une respiration,
Je crus voir là, assis sur ses racines imaginaires,
Un musicien qui jouait d’un instrument hybride.
Les sons tournoyaient de part et d’autre de mes oreilles.
Ils semblaient me parvenir du fond des âges.
C’était comme si plusieurs images condensées en une seule,
Exécutaient pour moi le même rituel sacré.
Je commençais à douter qu’il n’y eût qu’un seul musicien.
Cette âme souple qui dansait autour de moi
Sculptait des formes qui vibraient
Pareilles à des lames de sanza.
Ou bien encore,
Respiraient comme le soufflet d’un accordéon.
Cependant qu’au loin, barrissait la corne d’un didjéridoo
Accompagnée par une voix lunaire.
Celle-ci me disait :
« Ecoute la sanza mon frère.
L’âme de celui qui joue n’est ni blanche ni noire.
Elle est les deux à la fois.
A La Krwazé ,
La musique n’appartient à personne.
C’est la musique du monde ;
Celle du Mozambique, celle de l’Europe.
C’est le mérengué, le jigg, ou la rumba.
C’est le jazz ou la techno.
Ecoute La Krwazé mon frère. »

 

Les festivals qui nous ont accueillis  :

Printemps de Bourges, 2004

Sakifo Fesival, Saint-Leu, la Réunion, 2004

La Clameur des bambous, Le Bato fou, Saint-Pierre de la Réunion 2003

Festival Madaccordéon, Tananarive, Madagascar, 2003

Arts Métis, Pierrefonds, Saint-Pierre de la Réunion 2002 et 2003